Mon bistrot à moi

Attrapé au vol à la fin du service du midi, le chef Eric Hubert – de « Mon bistrot à moi » – plaît tout de suite par le ton chaleureux de sa voix et le temps qu’il prend pour parler. On sent d’emblée que ce qui lui plaît à lui, c’est la convivialité. Et il le confirme au bout de quelques minutes à peine.

A 50 ans, même s’il est passé par les plus grandes tables durant sa carrière (Ritz, Relais Louis XIII, Lutétia, Vigato, ambassade de France en Belgique, etc), ce qu’Eric Hubert cherche aujourd’hui, c’est l’échange avec la clientèle. « Ici, je retrouve le goût du travail, je me fais plaisir ».

Il est même prêt à donner ses recettes, persuadé que ce qui compte avant tout c’est la transmission. Bravo. C’est pour cela que, lorsque Grégoire Baratier, un autre excellent chef de Lyon, l’a appelé pour lui parler de son expérience réussie avec Be Chef, il a tout de suite dit oui. Eric trouve l’idée excellente, car elle permet à chacun de se frotter à la cuisine et à lui de partager certains de ses trucs, frustré de ne pouvoir donner des cours, faute de temps.

Pour Be Chef ce mois-ci, il a préparé un menu à la fois « simple et original » avec en entrée un gratin d’andouillette et saumon (surprenant mais qui fait aimer l’andouillette aux récalcitrants, selon lui), un lieu noir poêlé aux lentilles corail, sauce curry coco, enfin en dessert un pain d’épices perdu au beurre d’agrumes et poêlée d’ananas. Cela donne envie. Quant à lui, le chef aimerait bien racheter le bistrot avec son manager Damien Combes pour pouvoir dire que c’est vraiment « Mon bistrot à moi ». C’est tout ce qu’on lui souhaite pour 2015.