Logiciel de caisse : quelles sont les nouveautés ?

Logiciel de caisse

 

Avec les nombreux chiffres auxquels on peut avoir affaire (achats, paiements, ventes, stocks, emprunts, etc.), cela peut être difficile de se retrouver dans ses calculs lorsque ses activités atteignent un certain volume. Les logiciels de caisse sont des applications modernes conçues pour faciliter la gestion d’une entreprise commerciale. Quelles sont les nouveautés relatives à ces outils ? Découvrons ensemble.

Une nouvelle législation pour les logiciels de caisse

Dans l’objectif de mieux sécuriser les données professionnelles des entreprises utilisatrices de logiciels de caisse, une nouvelle règlementation est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2018. Celle-ci impose désormais aux détenteurs de logiciels de caisse, l’obtention d’un certificat de conformité qui est délivré pour justifier :

  • Les conditions d’inaltérabilité : elles attestent de la capacité du logiciel à garder les données enregistrées en bon état ;
  • Les conditions de sécurisation : elles attestent de la capacité du logiciel à protéger les données contre d’éventuelles tentatives de vol ou de fraude ;
  • Les conditions de conservation : elles attestent de la capacité du logiciel à gérer les données sur une période déterminée ;
  • Les conditions d’archivage : elles attestent de la capacité du logiciel à élaborer une période d’archivage.

Lorsqu’un logiciel de caisse remplit ces quatre conditions, il est déclaré conforme et donc peut être utilisé sans crainte. Mais les nouveautés ne se limitent pas uniquement à la législation.

Les options de création et de personnalisation de documents

Avec les nouveaux logiciels de caisse, vous avez la possibilité, en quelques clics, de créer des factures, des devis et des bons de livraison, etc. Vous pourrez enrichir à souhait les documents comme les bons de livraison en y ajoutant des informations telles que les remises, les prix HT ou TTC, la TVA, etc.

Par ailleurs, avec les nouveaux logiciels de caisse, il est désormais possible de personnaliser vos tickets, devis, bons de livraison et factures directement à partir de l’écran de votre PC ou tablette. Vous pouvez ainsi y ajouter votre logo, de petits messages, etc., ou encore modifier les couleurs et les polices pour rendre vos factures plus originales. Ajoutées aux recommandations de mr-entreprise, ces possibilités vous permettront d’améliorer le positionnement marketing de votre entreprise.

On note également la possibilité d’optimisation des fichiers clients notamment grâce à des filtres qui vous permettront, sur la base des habitudes d’achat de vos clients, de leur faire des recommandations personnalisées. Ces différentes options sont régulièrement mises à jour.

Des fonctions encore plus performantes

L’autre nouveauté qui peut se constater dès que vous démarrez les versions récentes des logiciels de caisse, c’est le caractère très intuitif de leur interface. Ils possèdent une interface de plus en plus intuitive qui rend l’usage plus fluide et plus agréable. Il faut croire qu’opter pour une charte graphique plus attrayante et plus pratique en vue d’une meilleure expérience client semble être le mot d’ordre des éditeurs.

Ainsi, de nouveaux boutons ont désormais ajoutés sur l’interface de ces logiciels. L’affichage est réorganisé de telle manière que les diverses options puissent être facilement localisées sur l’écran. Grâce à cela, les logiciels de caisse sont de plus en plus faciles à prendre en main, même si vous n’êtes pas très versé en informatique.

Suis-je tenu d’avoir un logiciel de caisse ?

Notons qu’il n’est pas obligatoire pour les entreprises de se doter d’un logiciel de caisse. Toutefois, ce sont des outils dont vous aurez besoin pour optimiser votre gestion commerciale.

Par ailleurs, comme nous l’avons signifié précédemment, les entreprises qui utilisent un logiciel de caisse devront absolument avoir un certificat de conformité. Tout manquement à cette règle les exposerait à une amende de 7 500 € si elles ne se mettent pas en règle dans un délai de 60 jours.

Si vous n’avez pas encore votre certificat de conformité, vous savez donc ce qu’il vous reste à faire.